Pour pouvoir profiter pleinement du forum, pensez à vous enregistrer

Les nouveaux utilisateurs sont invités à ce présenter dans la partie les représentant
Bonjour à tous et bienvenue sur le forum de l'Alliance Crème'Lin.
N'hésitez pas à me MP afin d'être ajoutés au groupe qui vous est attribué de droit

  • Répondre au sujet

Lettre ouverte de Dieu aux humains

Partagez
avatar
kra-doc

Guilde : Legend's of Spiritia
Messages : 108
Date d'inscription : 19/11/2016
Localisation : France

Lettre ouverte de Dieu aux humains

Message par kra-doc le Mer 22 Mar - 23:05

Lettre ouverte de DIEU aux HUMAINS

C’est la première fois que je m’adresse à mes créatures humaines !

Habituellement je ne communique jamais avec personne, mais cette fois-ci je fais une exception parce que la situation est grave !

L’engouement qui s’est récemment emparé des physiciens qui s’activent à rechercher d’autres terres dans l’univers, des terres favorables à la vie, capables d’accueillir des humains tels que vous, traduit, j’en suis certain, votre besoin de trouver une solution de secours au mal que vous voyez ronger votre planète. Une échappatoire. Alors je vous dis clairement ceci : tournez-vous déjà vers votre Terre, celle qui vous a vu naître.

Vous devriez porter plus d’attention à votre Terre. Vous l’abîmez tous les jours un peu plus, ce qui est grave. Votre seule préoccupation est de jouir de ses ressources, de la vie, de tout ce qui vous semble bon et profitable. Sans vous soucier de la santé de la Terre, vous avez déjà bien dégradé la nature, depuis plus d’un siècle que vous polluez sans vergogne. Or, je vous rappelle que vous n’avez pas choisi d’être sur Terre, ni tout simplement d’exister, ni même d’avoir hérité de la plus belle richesse biologique. Donc vous ne pouvez rien revendiquer. En particulier, vous ne pouvez prétendre à jouir au maximum de tout. Jouir, soit, vous le pouvez ponctuellement en récompense d’un effort. Mais jamais vous ne devez en faire votre objectif. La seule chose à laquelle vous puissiez prétendre, c’est satisfaire le Destin de l’univers.

J’ai créé l’homme pour qu’il parvienne un jour à consolider l’existence de l’univers. Le Destin de l’univers est en effet de perpétuer sa propre existence. Ce n’est pas la moindre des missions que j’ai confiée à l’homme, que celle d’être au service du Destin pour consolider la continuité de l’univers ! Il s’agit tout autant du Destin des humains, que de celui des animaux, de toute forme de vie et de toute créature.
Dans ce cas, comment pouvez-vous abîmer la nature, alors qu’elle est unique dans l’univers ? Si la Terre meurt, rien ne pourra plus être, et rien ne sera plus possible. Depuis quelques temps, vous semez la mort de la conscience dans l’univers. Vous allez contre le Destin. Vous pratiquez un sacrilège absolu. Vous allez contre la raison même de votre existence. À en juger par le développement de la pollution depuis un siècle, tout semble indiquer que vous courez droit au suicide collectif. Vos enfants vont avoir à faire face à un horrible drame, minutieusement préparé par leurs propres parents. C’est d’une bêtise affligeante, criminelle ; au point de dépasser mon entendement divin !

Le Vivant, dans sa grande sagesse, régule les populations. Ainsi, les animaux cessent de procréer quand la nourriture vient à manquer. Vous, humains, poursuivez votre croissance démographique alors même que les ressources baissent. Vous vous retrouvez aujourd’hui face à une surpopulation mondiale en grande partie responsable de la pollution mortifère.

Quand je vois que vos autorités officielles acceptent que les produits alimentaires puissent contenir des pesticides, c’est bien que l’esprit humain est devenu fou. Vous pensez peut-être que j’exagère ? Eh bien, pas du tout : dans le monde entier, vous acceptez les pesticides parce que vous considérez qu’en faible quantité, ils sont sans danger. Or le sont-ils vraiment ? Vous en êtes arrivé là car vous avez de plus en plus de bouches à nourrir, opportunité que saisit le marché des pesticides qui fait vivre tout un pan de votre industrie.

Devant l’absolu de la vie, que vous abîmiez la vie un peu ou beaucoup, c’est tout aussi grave. Ecoutez-moi bien : c’est très grave, car vous touchez à un absolu, et le fait même d’oser abîmer est la preuve que vous vous moquez de la vie. Et pour ne rien arranger, vous le faites pour en tirer une satisfaction personnelle. Une fois de plus, personne n’a décidé l’existence, sinon moi, le Dieu de la création, qui destine toutes mes créatures à consolider la continuité de tout et de tous. Vous agissez contre le sens même de votre existence. Alors, usez de votre libre arbitre pour arrêter au plus vite cette turpitude !


Je vous vois commencer à me comprendre et vous interroger. Certains d’entre vous semblent désemparés et ne savent comment corriger la situation.

La première chose à faire pour rattraper le temps perdu est très simple. Il vous faut retrouver une bonne part de votre autonomie : reprendre en main votre capacité à assurer votre subsistance. Et pour cela, la première chose à faire, si simple, si basique, est de créer et entretenir un potager pour vous et vos proches. Formez par exemple des groupes privés de 1 à 30 personnes qui réuniront les conditions suffisantes pour cultiver une parcelle de terre qui prodiguera fruits et légumes, et pour ceux qui le veulent, élever des volailles qui formeront la basse-cour. Vous trouverez les ressources près de vous pour mener à bien ces productions : ne voyez pas vos propres rejets biologiques comme des déchets, mais comme des bénédictions pour fertiliser votre sol. Ne pensez pas vos cultures comme inévitablement assaillies par les parasites, mais réfléchissez aux phénomènes simples que la vie sait déployer pour maintenir les équilibres, tels les insectes auxiliaires, les environnements propices, les défenses naturelles.

Bien sûr, tout cela représentera pour vous un nouveau travail à exécuter en plus de vos activités actuelles. Si cela s’avérait trop pénible et vous surchargeait trop, alors, laissez tomber le superflu, et vous y parviendrez. Lequel d’entre vous n’a pas cette marge de manœuvre ?
Ce modèle d’autonomie doit être réalisé sur la Planète entière, sous peine d’échouer. Si tout le monde ne participe pas, c’est que certains ne sont pas encore convaincus et vous continuerez à vous diriger droit vers la mort. Donc appliquez mon instruction d’un unanime accord.

L’étape suivante se produira deux à trois ans après. Vous arrêterez alors progressivement les activités antérieures, qu’elles soient industrielles, agricoles, maritimes. Vous compléterez la production privée, pour atteindre l’autarcie. Vous restaurerez ainsi peu-à-peu les méthodes de production du monde antérieur, qui savait se préoccuper du respect de l’écologie. Au bout d’une dizaine d’années, le monde entier aura changé.


Je sens que parmi vous, qui me lisez en ce moment, aucun ne croira possible ce retour planétaire à l’harmonie. Vous doutez que cela puisse aller aussi vite. Alors je vous le redis : vous êtes face à un absolu : c’est la vie qui s’oppose à la mort, le bonheur à la déchéance, la vivifiante stimulation au morne ennui d’une routine sans aboutissement. Cette qualité extrême est à votre portée dès que vous en aurez décidé. D’ailleurs les religions évoquent cette possibilité à travers le mot « espérance ». C’est un mot magnifique, mais malheureusement trop mou, car il suggère trop l’incapacité. Le mot «amour», pareillement : quand vous dites «mon Dieu, je t’aime», quelque part, vous vous neutralisez, vous mettez genou à terre au risque de vous annihiler. De même «compatir» fait du bien, mais ce vocable calme et endort. Au contraire, ce que je vous propose tient plutôt de l’éveil, de la vitalité, de la vivifiante créativité. Il s’agit d’échapper à une pente glissant vers la mort.



Pour mieux vous convaincre, je vous ai préparé une surprise. Je vais vous montrer combien l’existence est extraordinaire.
Vous savez - ou croyez savoir - que le Dieu que je suis est le Créateur de l’univers. Eh bien, détrompez-vous, c’est faux ! Quelle que soit l’image que vous vous êtes forgée de moi, sachez que la partie de moi-même qui aurait créé l’univers n’existe pas. Je compte bien vous le démontrer, et déjà, vous auriez pu le deviner : n’êtes-vous pas intrigué par l’énorme contradiction qui existe entre l’infinie puissance du Créateur et l’affligeante imperfection de ses créatures ?

Vous comprenez bien que si j’avais pu être ce tout puissant Créateur, mes créations auraient forcément été parfaites. Ne me dites pas que cette contradiction vous avait échappé ?! Pas du tout, mais vous étiez obnubilé par l’incessant besoin de trouver une explication à tout ce qui existe ; et dans votre quête vous avez trouvé un soulagement en vous persuadant que la toute puissance existait en moi. Or, non seulement il n’en est rien, mais plus fantastique encore sera la définition que je vais vous donner du Créateur : le Créateur n’est RIEN. Il n’est fait de rien ; en effet, rien n’est nécessaire pour que tout soit ! Avouez que cela a de quoi vous impressionner.
Et je m’en vais bientôt vous l’expliquer.



Almo & Kra-Doc


_________________
Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu plus, avant de renvoyer les images !
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam 16 Déc - 6:26